Sélectionner une page

Pour les comédiens, et pas que…

C’est parti pour un article avec des exercices pratiques !

Crédit photo Pixabay.

Parmi les préoccupations qui reviennent le plus chez les comédiens, j’entends souvent :

  • la difficulté à mémoriser un texte long tel qu’un monologue ou, à l’inverse, des répliques éparses.
  • la complexité à retranscrire les émotions du personnage que l’on interprète : comment ressentir et « jouer » la tristesse, la colère, la folie, etc. Tout en étant juste bien sûr.

Ces deux sujets pourront à eux seuls faire l’objet d’articles complets, il existe autant de techniques de mémorisation que de manières de travailler son jeu de scène.

Et si la concentration pouvait (presque) tout résoudre ?

Essayez de mémoriser un texte, ou ne serait-ce qu’une phrase, en étant distrait… Vous la relirez plusieurs fois, mais rien ne rentrera.

Essayez de ressentir de la colère, ou même de verser de vraies larmes, sur scène ou en tournage, alors que votre esprit est ailleurs… Vous y parvenez ? Chapeau bas ! Mais ça ne vous dispense pas de lire l’article 😉

Dire qu’il faut être concentré pour faire marcher sa mémoire ou se plonger dans un rôle, c’est une vérité de La Palice, je vous l’accorde. Voici donc une explication plus concrète de l’utilisation de la concentration dans les deux exemples choisis :

  • savez-vous qu’un cerveau habitué à mémoriser, régulièrement entraîné, peut activer la « fonction mémorisation » comme un simple interrupteur que l’on commute en position ON/OFF ? Et mieux encore, voici une petite astuce pour basculer un cerveau réfractaire à l’apprentissage en marche forcée :
    entraînez-vous à mémoriser (texte, nombres, etc) au beau milieu d’un brouhaha ! Vous pouvez essayer avec un casque de musique sur les oreilles par exemple. Personnellement, et quand la saison le permet, j’aime apprendre mes textes de théâtre sur une plage bondée. Vous verrez que forcer votre mental à se concentrer est un excellent entraînement pour développer ses capacités mnésiques ! Surtout, ne vous découragez pas au premier essai. Ça fonctionne pour tout le monde, quel que soit votre âge.
  • de même pour le travail des émotions, on peut habituer son esprit à ressentir les sentiments « sur commande ». Attention, nous parlons bien de ressentir, et non jouer, imiter. Ici, on utilise une forme plus proche de l’auto-hypnose.
    Il s’agit de s’entraîner régulièrement à se connecter à soi-même en laissant venir les émotions. L’exercice peut être fait allongé dans le noir, afin de parvenir plus facilement à se créer un petit cocon personnel, une bulle. Pensez à ce que vous évoque une situation triste (celle du personnage que vous devez interpréter par exemple). Lâchez prise, autorisez-vous à pleurer même ! Vous verrez que progressivement, il deviendra très naturel d’exprimer vos émotions et donc gagner en technique de jeu.
festival du film britannique

Les parasites du quotidien

Souvent, la bonne volonté ne suffit pas. Ces 20 dernières années ont vu naître les pires ennemis de notre concentration :

  • internet
  • les forfaits téléphoniques illimités
  • les bouquets tv
  • les smartphones
  • etc.

Nous sommes la génération zapping. Et là, tout est dit. Vous souvenez-vous de la dernière fois ou vous vous êtes consacré à une tâche et une seule ? À 100% ! Et bien sûr totalement concentré sur ce que vous faites.

La plupart de ces innovations sont pourtant de formidables outils qui visent à nous ouvrir les portes d’un savoir infini. Si si, le forfait téléphone illimité aussi ! Il permet à votre mère ou votre meilleure amie de vous raconter des potins dont même la presse people n’a pas l’exclusivité.

Par exemple, j’adore les podcasts. On y trouve tout un tas de « sages » bien intentionnés qui prodiguent des conseils pour améliorer le quotidien, se trouver des loisirs ultra tendance, devenir redoutable d’efficacité au travail… ou même vous convertir au bouddhisme en 5 leçons et demi !

Je vous recommande tout particulièrement un épisode du podcast de Jean Rivière. Avec le franc-parler qui le caractérise, l’ami Jean vous explique comment vos capacités de concentration tiennent plus de celles d’une télécommande que des facultés du Dalaï Lama. Il a des solutions pour y remédier, ça tombe bien ! J’ai trouvé son principe d’immersion totale très intéressant. Il s’agit, comme son nom l’indique, de s’immerger totalement dans une activité, avant de passer à une autre de nature très différente.

Autre technique de travail de l’attention et la concentration -et donc du gain d’efficacité, la technique qui veut dire tomate en italien : Pomodoro. Le principe est très simple et consiste à travailler par cession de 25 minutes, puis de faire une pause.

Vous trouverez plus de détails un peu partout sur le net. Elle m’a été présentée par l’excellente équipe de Livementor, un site de masterclasses principalement dédié aux free-lances et disciplines du net. J’ai suivi plusieurs de leurs formations.

Une courte parenthèse pour préciser que JeSuisComedien.com ne touche aucun revenu publicitaire de ces marques ou personnes et que je viens de vous citer. Il s’agit donc bien de  pures convictions personnelles 😉

Crédit photo Pixabay – Montage JeSuisComedien.com

Ré-éduquer sa concentration

En résumé, quelles que soient les techniques existantes (et il en existe de nombreuses), apprendre à mieux se concentrer repose sur plusieurs principes :

 

  • fractionner son temps : des périodes de travail bien délimitées nous permettent de mieux planifier, être moins tentés de nous distraire. Cela permet également de lutter contre la procrastination en partie due au manque d’organisation.
  • Se dédier totalement à l’activité qu’on entreprend, même la plus simple. Combien de repas en famille ou entre amis sont parasités par la télévision, les smartphones, etc. Il est urgent de réapprendre à profiter pleinement de l’instant présent, s’y consacrer pour mieux le savourer.
  • Toujours enrichir sa journée de tâches différentes : nourrir son esprit d’activités intellectuelles, entretenir son corps par du sport, aussi infime soit-il (marche par exemple), apprendre à « ne penser à rien » avec des temps de pause tels que la méditation, et pourquoi pas, être fier d’une tache manuelle accomplie (cuisine, dessin, etc.)

Crédit photos : Pixabay
Montage : Mathilde Vidallet, JeSuisComedien.com

Plus facile à dire qu’à faire…? C’est vrai. J’avoue ne pas réussir à tenir tous ces principes chaque jour. Mais je m’accroche. Et la persévérance porte toujours ses fruits.

Et vous ? Prêts à ranger le smartphone au placard pendant plusieurs heures…? Si vous connaissez d’autres techniques de concentration, faites-en profiter les collègues en les postant en commentaires 🙂

Carpe diem !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *